Sommaire

Dès lors qu'un bateau est habitable, on souhaite avoir de l'eau chaude à bord mais même sur les day-cruisers, les opens et les semi-rigides, prendre une douche chaude est appréciable au sortir d'une baignade ou d'une plongée en eau fraîche. Le chauffe-eau pour bateau se décline en quelques versions et de nombreux modèles.

Chauffe-eau bateau : la production d'ECS

Les mouvements de plate-forme du navire et la sécurité à bord font que les productions d'eau chaude par combustion (gaz ou pétrole) sont fortement déconseillées à bord. De même, à moins d'équiper de grosses unités, la contenance en eau chaude des chauffe-eau de bateaux est réduite afin de ne pas créer de mouvements dans les masses liquides ni de surcharger les hauts pour ne pas nuire à la stabilité.

De nos jours, les différents chauffe-eau pour bateau ont une production d'eau chaude sans flamme et sont de contenance réduite car il vaut mieux multiplier les chauffe-eau à bord en les répartissant au mieux plutôt que de stocker de grandes quantités d'eau chaude.

La production d'ECS (eau chaude sanitaire) d'un chauffe-eau de bateau est désormais électrique, par échangeur ou solaire.

Électrique

En courant bord (12 V continu) ou courant secteur (220V alternatif) :

  • Un chauffe-eau en 12 V est à brancher sur une batterie de servitude (et non sur la batterie moteur). Lorsque le moteur est en route, la batterie de servitude est rechargée par l'alternateur avec éventuellement un appoint solaire photovoltaïque ou par éolienne ;
  • Un chauffe-eau en 220 V peut être alimenté :
    • soit par le courant terre lorsqu'on est à quai ;
    • soit par un convertisseur transformant le 12 V continu de l'alternateur du moteur ou des batteries en 220 V alternatif ;
    • soit par le groupe électrogène dont disposent les grosses unités.

Attention aux risques d'électrisation avec un chauffe-eau électrique mais aussi à ceux pouvant être produits par une pompe de mise de puisage.

Il est important de s'assurer de la mise à la masse des appareils électriques avec obligatoirement un dispositif de protection (disjoncteur différentiel).

Par échangeur

L'échangeur récupère les calories dégagées par le refroidissement et l'échappement du moteur pour les transférer au ballon d'eau chaude du chauffe-eau. Tant que le moteur tourne, l'eau est chauffée sans dépense d'énergie, mais pour les longues périodes à quai ou à la voile, il peut être utile de recourir à un appoint électrique ou solaire pour ne pas avoir à démarrer le moteur du bateau.

Solaire

Le chauffe-eau solaire se décline également dans des versions marines afin de prendre le moins de place possible sur un pont de bateau.

Sans dépense d'énergie ou avec un éventuel appoint électrique ou par échangeur, le chauffe-eau solaire pour bateau permet une production d'eau chaude en permanence tout au moins pendant le jour.

La règle à respecter est de ne jamais régler le chauffe-eau à une température de chauffe inférieure à 60°C pour limiter les risques de prolifération de la bactérie légionelle responsable de la légionellose.

Critères de choix de votre chauffe-eau de bateau

Une fois le type de production d'eau chaude choisi selon l'équipement électrique et le type de navire (voilier, moteur habitable, day-cruiser...), le choix du chauffe-eau se fait en fonction :

La contenance

Depuis une dizaine de litres d'eau chaude pour les plus compacts jusqu'à plus de 100 litres pour les plus importants, on choisit le chauffe-eau en fonction du nombre de personnes à bord et des besoins en eau chaude sanitaire (douche, douchette de pont, vaisselle).

On peut considérer raisonnablement que l'eau chauffée par le chauffe-eau représente 30% du volume de consommation en eau chaude sanitaire.

L'encombrement

Il existe des chauffe-eau tubulaires (sur échangeur), cubiques, parallélépipédiques, cylindriques... dans des dimensions et des formes adaptées à la pose sur un bateau selon l'emplacement du chauffe eau (en cale moteur, sous plancher, dans un coffre, etc.).

Le matériau

Les corps de chauffe-eau sont fabriqués en métal, de l'aluminium léger jusqu'à l'acier inoxydable.

Pour des problèmes d'électrolyse, il est important de choisir et de poser le chauffe-eau en fonction des matériaux de la coque et des équipements (aluminium notamment) puis de relier celui-ci à la masse électrique du navire.

Quel que soit le type de chauffe-eau, il faut s'assurer que l'appareil dispose du groupe de sécurité évitant les surpressions lors de la dilatation de l'eau dans le ballon.

Entretien du chauffe-eau pour bateau

Sur un bateau d'occasion muni de sa production d'eau chaude, s'il n'y a que peu de risques à utiliser un chauffe-eau sur échangeur thermique (récupération des calories du moteur) ; en revanche, un chauffe-eau électrique doit avoir été révisé notamment au niveau de ses sécurités et si possible entretenu par un professionnel.

Sur un bateau neuf, il vaut mieux privilégier l'option chauffe-eau plutôt qu'avoir à équiper un bateau neuf d'un chauffe-eau sûrement moins adapté (encombrement, positionnement, équilibre des masses...) au navire et profiter ainsi de la mise en place rationnelle des robinets et tuyaux d'eau chaude.

L'entretien d'un chauffe-eau de bateau est réduit à la manœuvre régulière du bloc de sécurité (soupape d'expansion), au contrôle des isolations électriques mais aussi à la température de l'eau chaude (> 60°C) pour limiter les risques d'apparition et de prolifération de légionella.

Chauffe-eau pour bateau : prix

Il faut compter environ 400 € pour acquérir un chauffe-eau de bateau électrique (12 V ou 220 V) ou à échangeur thermique. La capacité du ballon d'eau chaude n'influant que très peu sur le prix de l'équipement.

C'est à partir de 600 € environ que l'on trouve sur le marché des chauffe-eau solaires adaptés au nautisme (encombrement) mais de taille et donc de contenance réduite (< 100 litres).